Coronavirus – Journal de confinement – Jour 11

Aujourd’hui, la journée s’est bien déroulée jusqu’a midi environs. Je t’explique. J’avais une réunion en ligne avec mes collègues prévue à 11h30. J’avais décidé qu’avant ça, je 1) ferais une séance de sport 2) prendrais une douche 3) ferais la vaisselle d’hier soir 4) lancerais une lessive 5) me maquillerais un peu pour pas choquer 6) travaillerais une heure. J’ai fait tout ça. Fierté.

C’est après que les choses ses sont gâtées. En gros, la réunion commence à 11h30 comme prévu. Déjà, j’étais pas hyper emballée, j’ai pas de travail (puisque je travaille dans une école, avec des gens en face à face), et donc rien à raconter, rien qui ne concerne le domaine du professionnel sur quoi échanger avec mes collègues. Déjà, pas folle ambi dans ma tête avant de commencer. Mais en plus, bah comme on bosse tous pas, ou à peine (on rattrape le travail admi, éventuellement les plus motivés lisent des articles ou autre histoire de garder leur cerveau en activité), hé ben en fait tout le monde a parler de son état d’esprit, de ses états d’âmes, de ses angoisses, de sa solitude, ou de ses difficultés à s’organiser pour faire telle ou telle chose.

Je suis sortie de ce call une heure plus tard avec le moral moins au beau fixe que ce matin en somme. Ca a donné une espèce de dimension bien plus réelle à ce confinement, que je vis finalement plutôt bien pour ma part. J’ai juste l’impression d’être une grosse glandue, qui fait pas grand chose, qui sort pas beaucoup de chez et puis voilà, en dehors de la dimension “obligation”, je m’en sors pas mal. Mais de recevoir les malaises des autres face à la situation, bah si eux ça les aide, si un peu de “contact” humain les rassure et leur faire du bien, moi c’est tout le contraire.

Et aussi, j’ai un peu de difficultés avec le fait qu’on ne puisse pas se dire ouvertement “bah, on est pas en école, donc on a rien à faire et c’est comme ça, on rebossera à la fin du confinement”. C’est pas que j’ai pas envie de travailler, et même probablement ça m’arrangerait d’avoir quelques heures de boulot par jour, histoire de combler parfois un peu le vide de mes journées, mais par contre, faire semblant que je fais quelque chose, ou faire des chose sans sens, juste parce qu’on peut pas dire qu’on fout rien, moi ça me dérange, je trouve ça un peu hypocrite sur les bords …

Alors voilà, j’aurai travaillé trois heures au total sur ces 10 derniers jours, c’est très peu, d’autant plus que je compte une heure de call durant laquelle on a à peine parlé médiation, mais finalement, moi je me porte pas si mal toute seule et sans tâches inutiles à réaliser juste pour combler …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like